skip to Main Content
Manon Et Kévin, Nouveaux Services Civiques à La MFR

Manon et Kévin, nouveaux services civiques à la MFR

Manon et Kévin, en service civique à la maison familiale et rurale (MFR), mettent leurs compétences au service d’autres jeunes. Un excellent tremplin avant de débuter une formation.

Rencontre

Depuis novembre et jusqu’à juin, Manon Le Bleis et Kévin Le Jeune, 20 ans, sont en service civique à la Maison familiale et rurale (MFR). Une première pour l’établissement de formation.

En tant qu’animateurs auprès des internes, ils proposent une aide aux devoirs et sont responsables de la vie résidentielle. « Ils font le relais entre les formateurs et les surveillants de nuit, indique Bernard Le Roux, directeur de la maison familiale. Ce sont des jeunes au service des jeunes. Et cela nous apporte un vent de fraîcheur ! »

Un tremplin

Manon a un bac pro mode en poche, mais elle a renoncé à poursuivre dans une école. Le coût est trop élevé. Elle a signalé à la mission locale qu’elle cherchait une formation pour travailler dans le social. « Après ce service civique, je vais préparer le concours de moniteur éducateur. »

À la MFR, celle qui a été « mono » dans des colonies de vacances initie aussi les ados à la couture, au dessin, à l’écriture.

Kévin, quant à lui, développe des activités sportives et souhaite organiser toutes sortes de sorties. L’ancien élève de la MFR connaît les désirs des internes. Après un bac pro service à la personne et au territoire (Sapat), il a exercé différents remplacements.

Cette nouvelle expérience est un tremplin pour celui aimerait être animateur sportif. « Nous sommes une présence, les élèves nous situent bien dans l’établissement et nous respectent », remarque le jeune homme, qui anime également les réseaux sociaux et le site internet.

« Ils ont un très bon relationnel avec les élèves qui sont à peine plus jeunes qu’eux », se réjouit Bernard Le Roux. Il envisage de renouveler l’expérience l’année prochaine.

Les personnes de 18 à 26 ans intéressées peuvent déjà prendre contact avec la MFR.

© Ouest France

Back To Top